Une question ? Contactez-nous

Une question ? Contactez-nous





GRATUIT !
Recevez nos bons plans et quelques coups surs pour le Quinté+




France Turf à la journée via Allopass





TELECHARGEZ NOS REVUES HIPPIQUES !
>A l'unité dés 3 €
ou 30 € les 12 N°
(cliquez sur la photo des magazines)
reportages :

à la rencontre de Eric Leray



à la rencontre de Eric Leray

FICHE D’IDENTITE
Date de naissance : 17/01964
Profession : entraîneur d’une quarantaine de chevaux plat / obstacle à Senonnes
ANNÉE D’INSTALLATION :1989 - NOMBRE DE GAGNANTS : 445

Expliquez-nous vos premiers pas dans le métier.
Je sors du domaine agricole (mon père était agriculteur à côté du Lion d’Angers) ; dans les années 60, tout le monde possédait un cheval de trait, donc j’ai toujours connu les chevaux. Comme je n’aimais pas les études, je me suis mis à faire des stages ; mes parents m’ont envoyé un peu dans tout : mécanique agricole, moutons, vaches, etc….De ces stages je suis parti en apprentissage, d’abord chez un trotteur, puis dans les galopeurs chez Alain CLAUDE, Michel PELTIER, Maurice FRANCOIS (120 chevaux, une des plus grosses écuries dans l’Ouest dans les années 1976), René CHERRUAU (à Segré puis à Chantilly), Roland KLEPARSKY, toujours à Chantilly où j’ai vu des belles choses, des bons chevaux. J’étais déclaré soutien de famille chez mon père, ce qui m’a permis d’esquiver l’armée et d’être assuré tout en montant en courses avec une licence de cavalier (j’ai gagné 6 courses en 2 ans, puis j’ai arrêté sur une grave chute). Puis je suis revenu dans ma région, j’ai cumulé plusieurs patrons, tout en commençant à travailler pour moi. Dés l’âge de 18 ans je faisais de la maréchalerie, je ferrais chez les uns et les autres pour arrondir mes fins de mois. En 1989 j’ai obtenu ma licence d’entraîneur public, car c’était pour moi la continuité logique de ma passion ; je me suis installé en location à Chazé-sur-Argos (49) dans l’écurie où était avant Alain CLAUDE.

Des propriétaires vous sont-ils restés fidèles depuis les premières années ?
Mon premier client était Mr Pierre CHARRON, qui m’a poussé à m’installer en me confiant des chevaux dés le début. Mr Gérard ANTIER m’a fait confiance également rapidement, et Mr HENTY est resté très longtemps chez moi. Puis les clients sont venus petit à petit. Je suis arrivé à Senonnes en 1992 avec 8 chevaux seulement, donc je sous-louais mes autres boxes et ferrais toujours des chevaux pour les autres pour vivre. Les choses ont suivi leur cours. En août 1998 je suis rentré dans la 1ère écurie que j’ai fais construire, et aujourd’hui je possède 3 barns.

A vos débuts, vous avez eu un bon cheval qui a gagné à Auteuil sous l’entraînement de W.J.S. CARGEEG.
Ce cheval était Prince des Mauges, un Sarpedon que j’avais en location. Il a gagné des courses en province, puis s’est placé 2ème pour moi à Auteuil ; je l’ai laissé à l’entraînement à Paris, car à l’époque les entraîneurs de province ne gagnaient pas vraiment à Paris. 15 jours plus tard il a gagné là-bas.

Fairplay, le cheval de votre carrière ?
Le 1er cheval dont je dois parler c’est Stessy Bowl, un cheval qui a une histoire et m’a fait pleurer quand il a gagné à Craon ! Il avait gagné 6 courses consécutives lorsque je suis arrivé à Senonnes, donc c’est vraiment celui qui m’a fait démarrer. Fairplay c’était un challenge ; depuis toujours dans ma carrière j’essaie de me mettre des challenges, et j’y ai réussi : comme il faisait bien Pau, je l’ai gardé pour les meetings, il a remporté 3 années consécutives le Grand Cross et il est une fois battu (2ème en 2003).

Un «après-Fairplay» ? des chevaux susceptibles de lui succéder à Pau ?
J’en emmène plusieurs avec des espoirs, mais Nioki, un AQPS de 5 ans, que j’ai laissé au repos puis repris gentiment après sa victoire en steeple en juin à Carhaix, est celui qui, j’espère, sera le remplaçant de Fairplay.

Vous faîtes de l’élevage. Parlez-nous en.
En fait, la base de ma passion pour les chevaux, c’est l’élevage: lorsque j’avais 17 ans, Pierre CHERRUAU m’avait donné une poulinière La Greluche contre le 1er poulain, qu’il m’avait laissé à l’entraînement. J’ai toujours eu des poulinières depuis et, d’ici quelques années, je souhaite pouvoir arrêter d’entraîner pour les autres, n’entraîner que les poulains que j’aurais élevés et les vendre prêts à courir ; je garderai alors seulement quelques boxes pour cela et louerai les autres. L’élevage est pour moi moins stressant que l’entraînement.
Aujourd’hui j’ai eu la chance d’avoir eu un très bon cheval que j’ai élevé: Nidor. Riche de E117810 à 5 ans, il a gagné en plat, en haies et en steeple-chase (les 2 à Auteuil) ; j’aurais pu le courir Groupe à Auteuil, mais j’ai eu trop peur qu’il ne se fasse mal. Après sa victoire à Lyon-Parilly le 17/11 en plat, je le mets étalon, ce qui représente pour moi un nouveau challenge : j’irai à la chasse à ses poulains et les ferai gagner! Il va être, avec Useful, un des seuls étalons AQPS en France. Nidor va aller reproduire au Haras des Mazières (Mr MONGEARD), au Lion d’Angers, près où il a été conçu.
C’est la 1ère année que je me suis rendu compte que les rêves n’arrivent pas qu’aux autres : mon jockey Anthony BLAIS a obtenu la Cravache d’Or de l’Ouest, chez moi, alors que d’habitude cela arrive aux jockeys des «grandes écuries». J’en suis fier et pense que, moi aussi, je peux accomplir mes rêves.

MERCI, ERIC LERAY, de nous faire partager votre vie et vos rêves !




© S.A.S. Touraine Editions Loisirs | Abonnez-vous au site | Nous Contacter | FAQ | Les liens |


Notre sélection des meilleurs sites turf de pronostics hippiques sur les courses pmu : FRANCE TURF | DERBY-TIERCE | OKTURF |
France-turf est un site de pronostics sur les courses hippiques : pronostic course, quinté+ , tiercé , multi , pic5 et toutes les autres courses PMU